fbpx

Trends-Tendances

Carrière

« Vivre de ses talents et de ses passions »

Une réorientation professionnelle est très souvent une étape importante dans la vie d’un travailleur. Afin de faire les bons choix, OrientaEuro Belgium, une ASBL de coaching de carrière personnalisé propose son aide dans cette démarche.


Trouver le job idéal n’est pas toujours chose aisée. Cela s’apparenterait même parfois à un doux rêve, notamment lorsqu’on observe le constat lancé par OrientaEuro. Selon l’ASBL, 63% des travailleurs regrettent leur choix de carrière tandis que 62% des étudiants en Belgique abandonnent leurs études dans le supérieur au bout de la première année.

Pourtant, rares sont les outils mis à la disposition des travailleurs ou des étudiants voulant revoir leur avenir professionnel. C’est pour cela que Roger Cohen a décidé de lancer il y a trois ans l’ASBL OrientaEuro. L’objectif de cette dernière est simple : accompagner le travailleur (ou l’étudiant) dans sa démarche de (ré)orientation, grâce à un suivi individuel avec des professionnels. « Nous disposons actuellement d’une équipe de 12 coaches, issus de tous les secteurs. Nous travaillons évidemment avec des psychologues mais aussi des consultants, des managers, des universitaires, etc. », explique l’entrepreneur. L’ASBL propose aujourd’hui ses programmes d’orientation dans plusieurs villes (notamment Bruxelles, Namur, Louvain-la Neuve et Anvers). Pourtant, ce type de service semble encore plutôt rare dans notre pays. « En Argentine, où j’ai également lancé cette initiative en 2008, les sociétés d’orientation professionnelle sont très répandues, bien plus qu’en Belgique. Ici, quand on parle aux gens d’accompagnement pour un choix de carrière, ils pensent directement aux tests des PMS dans les écoles ou aux salons SIEP », explique Roger Cohen. La démarche d’Orienteuro est beaucoup plus longue. Durant six séances, le travailleur (ou l’étudiant) est suivi par le même conseiller avec qui il effectue de nombreux exercices et autres discussions. Au final, il ressort du programme avec un rapport détaillé et de nouveaux objectifs professionnels très précis. « Il ne s’agit pas simplement de trouver un secteur d’activité ou d’étude. A la fin du programme, la personne a une idée exacte du travail qu’elle veut exercer, comment, où et que faire précisément pour y parvenir », explique encore le fondateur.

Une bourse pour se (ré)orienter
L’orientation repose sur trois axes différents (la connaissance de soi, l’analyse de la réalité externe et la prise de décisions) afin de trouver l’intersection entre les passions et les talents de la personne et la réalité du marché du travail. Pour autant, Roger Cohen assure que le manque de débouchés n’est que rarement un frein. « Pour les secteurs à priori moins accessibles, il est malgré tout très souvent possible de trouver des solutions. Mais pour cela, il faut que la personne soit vraiment motivée », continue l’ancien professeur d’Université. « Si c’est le cas, on cherche alors à utiliser des atouts que la personne dispose pour se distinguer, comme par exemple, une bonne connaissance de certaines langues étrangères ».

Le processus personnalisé d’OrientaEuro coûte 720 euros pour six séances. Conscient que ce prix peut freiner certains, l’ASBL vient de lancer une initiative permettant à des entreprises de prendre en charge le prix du service via un principe de bourse. Concrètement, une société paye un certain nombre de processus qu’elle redistribuera ensuite à qui elle le souhaite, comme par exemple, aux enfants des employés. « Il s’agit d’un vrai geste de responsabilité sociétale, car une personne bien orientée ne sera pas la seule à en bénéficier. Ce sont aussi ceux qui l’entourent et la communauté en générale qui en profitent », conclut Roger Cohen.

Arnaud Martin ■

Vous êtes aussi intéressé à
investir pour une société meilleure?

 

 

Leave a reply